"Coup de foudre un soir d'été à la campagne"

Ce texte a été écrit en avril 2015 par un de mes patients, chez lui, entre deux séances de thérapie. Il me l'a remis en me disant "d'en faire ce que je veux" et qu'il peut être utilisé dans le cadre de l'information que je dispense pour faire connaître ma pratique auprès du public. Il se déroule en 4 parties.




Nous sommes à l'été 1970.

Il règne une odeur de paille chaude et poussiéreuse. Machines et hommes ont travaillé dur toute la journée et ce soir c'est la fête au village (1). Sur la place le parquet (2) est déjà monté. Les musiciens installent leur sono et leurs instruments, accordéons, guitare, trompette, batterie, le testent et révisent ou découvrent des morceaux qu'ils jouent ensemble pour la première fois. Tango, paso, valse, cha cha, béguine, samba, madison, un peu de rock, il y en aura pour tous les goûts.Bien sûr la buvette est déjà installée avec les tables et les chaises. C'est la première chose qu'on met en place lors d'une telle soirée. Il a fait chaud aujourd'hui et la soif continue de titiller les papilles malgré tout ce qui a été bu. C'est là que les hommes débutent leur soirée. Il y en aura de la "viande saoule" ce soir. On y discute battages, rendement, cheptel, politiques d'incompétents qui ne connaissent rien au monde rural, subventions promises mais non encore accordées. Question couleur de peau, pas besoin pour ces hommes là d'aller se baigner et bronzer à la mer. Tous ont le "bronzage agricole" : bras bronzés jusqu'aux coudes, cou et nuques grillés par le soleil. Qu'iraient-ils faire à jouer les lézards la journée et dormir la nuit dans leurs "bouètes à gorets" (3).