" L'atelier est un lieu d'expérimentation et de transformation " 2/2

D.W. Winnicott distingue créativité et création.

 

La créativité n’est pas seulement artistique, elle est « une particularité de la vie et de l’existence dans son ensemble ». Elle peut concerner tous les domaines de la vie, de la cuisine aux relations avec les autres, de l’entretien du foyer ou des rêveries. "Elle est d’abord du registre de l’être, avant de se manifester éventuellement dans celui du faire". C'est une manière d'être, tout sauf routinière, qui offre la possibilité de modifier nos représentations et de concevoir autrement la réalité du monde qui nous entoure, comme de notre monde intérieur.

Elle est du registre de la santé psychique alors que la création artistique peut aussi relever du champ du pathologique. L’artiste peut être souffrant, alors que l’être créatif est en bonne santé.

 

«En quête du soi, la personne en question peut avoir produit quelque chose de valable dans le domaine artistique mais un artiste peut avoir beaucoup de succès et avoir échoué à trouver le soi qu’il recherche », p77 « Jeu et réalité » Winnicott

« Ou bien les individus vivent de manière créative et sentent que la vie vaut la peine d’être vécue, ou bien, qu’ils sont incapables de vivre créativement et doutent de la valeur de la vie. Chez l’être humain, cette variable est directement reliée à la quantité et à la qualité de l’apport offert par l’environnement lors des premières phases de l’expérience de la vie que connaît tout bébé. » [1]

 

L'espace de l'atelier ne sera pas celui de d'apprentissage d'une technique. Il ne donnera pas non plus de recettes toutes faites, prêtes à l'emploi en vue d'un résultat attendu.

 

Il sera celui de l'expérimentation et de la transformation de la matière comme moyen de transformation personnelle durable, où la découverte de son potentiel créatif par le jeu est de mise.

 

« La personne que nous essayons d’aider a besoin d’une nouvelle expérience dans une situation particulière. L’expérience est celle d’un état qui ne se donne pas de but, on pourrait parler d’une sorte de crédit ouvert à la personnalité non-intégrée. »,[2]

 

"Il n'y a pas d'âge pour la création, il n'y a que la joie de sentir s'échapper ce qu'on retient trop souvent comme un cri dont l'écho résonne avec démesure dans nos corps et nos têtes". (Laforestrie, p53 "Revaloriser la personne âgée par la créativité.")
 

 

 

 

[1] D.W WINNICOTT, « Jeu et réalité », nrf, Editions Gallimard, p100

[2] D.W WINNICOTT, « Jeu et réalité », nrf, Connaissance de l’inconscient, Editions Gallimard, p 77

[3] LAFORESTRIE, "Revaloriser la personne âgée par la créativité.". Le Journal des Psychologues, n°180, 50-53.

Me contacter

© Béatrice Constantin-Mora